French Dutch English German Spanish

Informations

AICRA-32

Chapitres :

 Conseil admin

 

Comme à l’accoutumée, M. Esquerré nous remercie d’être présents et toujours fidèles à nos réunions. Il présente les excusés : Mme Maritan et Mrs Dozé et Macary.

Il ouvre la séance en présentant ses vœux de bonne année et surtout une bonne santé à toutes et tous, ce qui paraît primordial pour continuer la lutte.

Il passe la parole au secrétaire adjoint en lieu et place de Josiane Maritan, notre nouvelle secrétaire générale, excusée, pour nous lire le compte rendu du conseil d’administration du 12 décembre dernier. A la fin de son intervention, le président le remercie vivement.

Nous passons à l’ordre du jour

Mr P. Esquerré nous fait le compte rendu du Conseil d’Administration de l’ANRAF du 23 janvier et commence par la rencontre à l’Assemblée Nationale, le 18 janvier, avec M. Chassaigne, Député du Puy de Dôme. Participaient également à cette réunion M. Malvy, Administrateur ; M. Peiro, Député ; Mme Leroy, Députée ; Mme Le Houveron, Députée ; M. Ballay, Député ; Mme Chane-Kune représentant Mme Bellot, Députée ; Mme Dufay du groupe SER ; Mme Terrancle et M. Murat-Graïs du cabinet de Valérie Rabault. Représentant l’ANRAF : Mrs Esquerré, Treneule, Soulage, Philippe et Favodon.

Le président nous explique comment va se dérouler cette démarche afin de déposer le projet de loi pour obtenir les 85% du SMIC, indexés sur celui-ci. Une demande a été faite à M. Chassaigne qui devrait présenter cette proposition de loi à l’Assemblée Nationale. Ce dernier a promis de faire le maximum pour faire passer ce projet qui sera déposé le 2 février au cours d’une séance à l’Assemblée Nationale.

Un communiqué de presse va être préparé en vue d’informer le plus grand nombre de personnes, ainsi qu’un article à insérer dans la Volonté Paysanne.

Le président nous rappelle que la taxe sur les coopératives devrait être remise en place pour nous permettre de relever le niveau de nos retraites. Un autre député a proposé une taxe sur les sociétés qui veulent supprimer des milliers d’hectares de terres agricoles (on en estime la valeur d’un département tous les 6 à 7 ans) au profit d’une urbanisation à multiples usages.

Il nous appartient de mettre la pression afin que tout soit mis en œuvre, car M. Chassaigne nous assure que cette proposition devrait obtenir la majorité.

Nos propositions de pistes pour le financement ne peuvent pas, pour l’instant, être prises en compte, M. Chassaigne nous expliquant que cela est anticonstitutionnel ; il faut, dans ses masses financières, rechercher tout ce qui est d’origine agricole, ce qui demande une étude approfondie.

M. Esquerré nous rappelle, qu’il y a 4 ou 5 ans de cela, nous étions les seuls à demander les 85% du SMIC. A l’heure actuelle, tous nous ont suivis dans ce sens, y compris les syndicats agricoles et en particulier la FDSEA et la Chambre d’Agriculture, lesquels étaient tout à fait contre cette proposition. Il faut reconnaître qu’il y a eu une réelle évolution et ceci grâce à notre combat et nos pressions continuelles. Nous sommes reconnus et respectés devant nos Élus.

Le Président donne la parole à Maria Dudous qui intervient sur la Commission Féminine, faisant suite à la réunion d’Agen. Avec l’aide de Mme Guillou ainsi que d’autres représentantes des départements voisins, des tracts rappelant, entre autres : la parité hommes-femmes pour une retraite équivalente à 85% du SMIC indexé – une couverture santé équitable – la mise en place de la 5 ième branche de la sécurité sociale pour assurer l’égalité devant la dépendance – rétablir la ½ part pour les veuves – l’équité avec les autres catégories de retraitées dans ce pays. Nous disons avec force : Agricultrices retraitées et en activité !,


  "Unissons notre volonté pour une reconnaissance valorisée de notre métier !!!." . Ces tracts démontrant le mécontentement des femmes agricultrices ont été imprimés et seront distribués le plus largement possible et notamment lors des réunions publiques, à l’occasion des prochaines échéances électorales. Pierre Esquerré nous précise que, pour arriver aux 85% du SMIC, cela couterait 266 millions d’euros, sachant que le projet de loi est la suite de la loi de 2002, c'est-à-dire, uniquement pour les chefs d’exploitation avec une carrière complète (Loi Chassaigne), le constat est plus que navrant : ce sont encore les femmes agricultrices qui seront une nouvelle fois abandonnées, laissées sur « le bas-côté de la route ».

M. Esquerré nous rappelle également que la M.S.A. est obligée d’emprunter 4 milliards et demi d’euros pour pouvoir payer la RCO et que nous ne pouvons pas lui demander de faire des efforts.

Un débat intéressant s’instaure sur l’avenir de l’agriculture et on doit trouver des financements sur tout ce qui gravite autour de l’agriculture, pour aider à vivre.

En vue de soutenir la présentation du projet de loi sur les 85% du SMIC à l’Assemblée Nationale, l’ANRAF souhaite la présence de plusieurs associations départementales. Le déplacement qui représente tout de même un coût assez conséquent, entre 110 et 150 euros par personne, se ferait par le train.

Pour notre association, le départ d’Agen à 4h 46 et arrivée à 9h 33 ; pour le retour 3 horaires seront prévus en fonction de la durée des débats.

Sont partants : Mrs Esquerré, Guichanné, Labatut, Bonhomme ; Mmes Jacquet et Dudous et éventuellement Mme Maritan et M. Duffer.

Les journaux de décembre 2016 ont été distribués et les cotisations pour les adhérents restent inchangées pour 2017.

Nous devons commencer à réfléchir à notre prochaine assemblée générale. Deux villes sont proposées : soit Auch soit Vic Fezensac. Le choix se porte sur cette dernière et la date est proposée pour le lundi 6 Novembre 2017.

M. Labatut nous donne quelques explications sur les contrats groupe complémentaire santé. Mutualia et Myriade nous ont fait des propositions. Groupama et Pacifica sont sur les rangs. M. Labatut est chargé avec une commission d’étudier les différents dossiers. Il a déjà des propositions mais il faut comparer les garanties et les tarifs. Le 30 janvier, une réunion sera mise en place avec GROUPAMA et la commission ayant pour but de discuter des propositions qui vont être faites afin d’apporter un certain éclairage.

Le sujet de la CSG est abordé et il est rappelé les plafonds en dessous desquels on est soit exonéré, soit au taux réduit, soit au taux majoré.

M. Gauthé revient sur la motion de 2016 qui avait été envoyée à tous les maires du Gers, car sur 463 mairies qui ont reçu ces documents, 128 ont répondu favorablement, 4 ont refusé catégoriquement et les autres n’ont toujours pas répondu et cela pourrait se traduire par leur désintéressement du monde rural et agricole.

La solidarité nous interpelle du fait des problèmes sanitaires de grippe aviaire et nous devons obligatoirement soutenir les producteurs.

L’ordre du jour étant épuisé, plus aucune question n’étant formulée, le Président remercie l’assistance et lève la séance à 17h.

 

Monsieur Labrouche, secrétaire adjoint, pour Mme Josiane Maritan, secrétaire générale.