French Dutch English German Spanish

Informations

AICRA-32

Chapitres :

 

   COMPTES-RENDUS DES REUNIONS

 

Résumé de L'assemblée générale du 4 Novembre 2016

 

Il y avait foule ce vendredi 4 novembre à la salle Éloi Castaing de Fleurance dans laquelle les retraités (ées) agricoles tenaient leur assemblée générale annuelle.Nous sommes accueillis par notre ami et collègue, le délégué cantonal M. Flajoula. Ce dernier souhaite la bienvenue aux congressistes venus des 4 coins du département et en grand nombre. Il les remercie ainsi que les personnalités de renom, qui de par leur présence à nos côtés, apportent de la force à notre association.

Notre président annonce les personnalités, avec entre autres, M. le sous Préfet de Condom ; Mme la Députée Gisèle Biémouret représentant le Conseil Départemental ; M. Guardia Mazzolini, représentant le Conseil Régional ; Mme Delfour, Présidente d’honneur de l’ANRAF ; Mme Dennig, représentant le Sénateur-Maire de Fleurance, M. Vall ; Mme Duclos, Responsable des retraites à la MSA ; M. Le Boucher représentant M. Gesta, Président de la MSA Midi Pyrénées SUD ; les organismes mutualistes ; les Syndicats agricoles et les Présidents des ADRA des départements voisins.

Il tient à noter l’absence du Crédit Agricole qui n’a pas jugé utile de répondre et explique les raisons qui fâchent avec cet organisme.

Il annonce enfin tous les excusés (maires, conseillers départementaux, etc..).

Le Président passe ensuite la parole à Mme Dennig qui se dit satisfaite d’être parmi nous et nous explique combien M. Vall nous assure de l’intérêt qu’il porte au combat que mènent les retraités et donne une note forte aux femmes qui ont accompli leur métier avec courage et ténacité.

Puis, M. le Sous Préfet de Condom intervient en nous remerciant chaleureusement et nous assure de tout son soutien an faveur des retraités agricoles. Il renouvelle le soutien de l’autorité préfectorale pour nos démarches et reconnaît les efforts que doivent accomplir les retraités pour honorer leurs charges de santé avec d’aussi maigres pensions.

Ensuite, dans le cadre statutaire, nous passons à la lecture des rapports.

Rapport financier détaillé par M. Pis.

Dans les charges, nous retenons quelques points importants :

** frais de cars 2156€ ** location du Bureau 2405,04€

** salaires et charges sociales 9923,22€ ** cotisations ANRAF 2400€

Les recettes comportent aussi 3 grosses rentrées sur notre compte bancaire :

** cotisations adhérents 8269€ ** recettes lotos 5783,10€

** subvention du Conseil Départemental 10800€.

Ce qui donne un total des charges de 28449,12€ et des recettes de 28790,56€

M. Pis finit en constatant que les comptes sont équilibrés avec un bilan positif de 341,44€ et conclut que sans les aides extérieures, nous ne pourrions pas fonctionner. M. Moudens, Commissaire aux comptes, nous affirme de la bonne tenue et de la fiabilité de nos finances.

M. Esquerré demande à l’assistance si elle approuve le rapport financier. Celui-ci est accepté à l’unanimité.

Rapport d’Activités de notre ami secrétaire,

Il est fait état de plusieurs réunions du conseil d’administration au cours desquelles, a eu lieu, notamment, l’actualisation du Bureau ; l’arrivée de jeunes retraités dans notre association, a permis d’assurer la continuité militante en introduisant en même temps dans la nouvelle équipe, une cure de jouvence. Bien entendu, nos collègues qui ont souhaité prendre un peu de recul, ont été chaleureusement remerciés pour tous les efforts déployés, après avoir œuvré au développement d’AICRA et s’être donnés sans réserve pour la défense des retraités agricoles.

Pour la journée du 24 juin à Montech, il a été décidé l’organisation d’un car afin de se rendre à l’Assemblée Générale de l’ANRAF au cours de laquelle il a été constaté l’absence des représentants de l’État, ce qui a provoqué une vague de mécontentement devant tant de mépris.

Plus tard, une autre réunion nous a permis d’apprendre que Mme Guillou, responsable féminine à l’ANRAF, souhaitait constituer un groupe prenant en charge les revendications des femmes. Ce groupe sera créé dans chaque département. En 2ième point il a été question d’un projet de mise en place d’un contrat groupe pour la complémentaire santé, dossier dirigé par M. Labatut.

Enfin, pour en terminer, la dernière réunion a eu pour but l’organisation de notre assemblée générale à Fleurance.

Plusieurs réunions de secteur ont également été organisées afin d’aller à la rencontre de nos adhérents pour leur apporter un maximum d’informations.

L’AICRA 32 est très impliquée au sein de l’ANRAF. Des délégations de l’ANRAF continuent à poursuivre leur combat au sein des ministères à l’Assemblée Nationale, à l’Élysée, afin de faire entendre les revendications des retraités agricoles

La Présidente Nationale, Mme Delfour, ayant souhaité se retirer de ses fonctions, il a été procédé à l’élection d’un nouveau président. M. Esquerré ayant fait acte de candidature pour la présidence a donc été élu à la tête de l’association nationale et des sincères félicitations lui oint été adressées.

Pour en terminer avec ce rapport, l’engagement de nos responsables est permanent, sans limite, bénévole. Ces derniers puisent leur énergie dans le soutien de tous les adhérents.

Le rapport sur la Condition féminine nous est présenté par Maria Dudous.

Celle-ci fait preuve de fermeté, de combativité dans ses propos. « Toujours les mêmes revendications, le même combat… serons-nous un jour entendues ? » et comme elle a raison. Elle répond au souhait de Mme Guillou, responsable nationale de la condition féminine qui propose de réunir3 ou 4 retraitées par département afin de rencontrer des Élues. La première réunion aura lieu à Agen le 17 novembre 2016. Elle estime que la parité des retraites n’est pas encore là, que les femmes sont au plus bas niveau et qu’elles n’ont toujours pas obtenu la reconnaissance de l’État.

Le rapport social, de M. Guichanné ...

... nous invite à nous pencher sur les différents problèmes rencontrés dans le monde rural. Il brosse un tableau réaliste de la situation actuelle, soit proche de nous, soit mondiale dans lequel la solidarité sociale, voire même la réalité sociale, ne sont pas toujours à l’ordre du jour, ni vérité d’évangile. Il est une nécessité et un droit à se faire aider, tout en maintenant ou améliorant les services publics, les centres de santé ou toute autre structure en faveur des personnes âgées. L’Union Départementale des CCAS se penche sur le pacte économie cohésive de l’autonomie, avec une organisation et coordination par bassin de vie. Les Communautés de communes mettent en place des OPAH ayant pour but d’améliorer les conditions de vie. M. Guichanné sollicite le combat social au sein de notre association et demande un meilleur équilibre vital.

En conclusion, il nous rappelle les principes de la Sécurité Sociale qui est que « Chacun contribue selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

Le rapport sur la santé, décrit par M. Labatut ...

... permet de répondre aux attentes et aux difficultés que rencontrent les retraités agricoles face aux coûts de plus en plus importants pour se soigner, pour leur complémentaire santé, pour les médicaments et autres dépassements d’honoraires, avec peu de ressources. AICRA 32, pour répondre à ce problème crucial, a décidé de constituer une commission chargée d’étudier les propositions de professionnels assuranciels de santé ; des contrats groupes attractifs existent. Des économies possibles à garanties égales existent, qui pourraient représenter un mois environ de retraite ; plusieurs groupes ont déjà répondu à notre demande.

Des réunions de secteur seront organisées lorsque le dossier sera avancé pour présenter les différentes propositions, sachant que la décision finale appartiendra à l’adhérent. Il peut, s’il le souhaite, rester avec sa complémentaire ou adhérer à ces contrats groupe, avec une seule exigence, justifier de son appartenance à notre association AICRA 32 au moyen de la carte de cotisant de l’année en cours.

Autre problème de taille, la Dépendance, quel changement de vie lorsqu’il faut quitter sa maison, sa famille, avec en plus le coût de la journée dans les maisons de retraite ; l’héritage laissé à nos enfants devient vite un reste à charge. « Notre combat doit redoubler de force, le bon moment, c’est maintenant », nous clame-t-il.

Le rapport moral est présenté par M. Pis, en tant que coprésident.

Après avoir salué l’assistance nombreuse et bien vivante, Bernard remercie au nom du Conseil d’administration le Sénateur-Maire pour avoir mis à notre disposition la salle Éloi Castaing. « Égalité et justice doivent être notre devise », clame-t-il, et de rappeler que « nous sommes tous les défenseurs d’une cause juste et qu’il faut aller jusqu’au bout tant que nos revendications ne seront pas satisfaites :

-- 85% du SMIC indexé sur celui-ci

-- relèvement du minimum contributif

-- relèvement du revenu fiscal de référence

-- la suppression de la CSG et RDS sur la partie inférieure à 1200€ par mois

-- parité hommes-femmes

Il appelle les Sénateurs et Députés à déposer un projet de loi portant la retraite à 85% du SMIC, juste au dessus du seuil de pauvreté qui est de 987€.

Des affiches ont été déposées dans la salle démontrant les différences de niveau dans l’éventail des retraites en France, qui laisse apparaître des inégalités flagrantes ; les non salariés agricoles ont des pensions comparables au Petit poucet au pays des géants, nous ne pouvons faire qu’un constat amer : ceux qui cotisent le plus sont ceux qui ont les pensions les plus faibles.

Bernard Pis appelle au renforcement de notre mouvement par des adhésions nouvelles, car dit-il, un état major sans troupe n’est pas écouté, il conclut en disant « qui lutte doit gagner, qui ne lutte pas a déjà perdu »

Le Président remercie tous les membres du Bureau pour leur travail acharné afin de préparer des rapports qui tiennent la route.

Il donne ensuite la parole aux syndicats agricoles.

Le MODEF par son président, note que l’on nous écoute mais que l’on ne nous entend pas. Il assure que son syndicat soutient nos revendications et invitera tous les maires de France à fermer les mairies pendant la Conférence nationale annuelle promise à l’automne.

La FDSEA regrette que les actifs ne pensent pas à leur retraite au cours de leur carrière. Il faudrait modifier les méthodes de calcul de la pension, il oublie que c’est le rôle des syndicats de mener ce genre d’action.

Nous devons souligner l’absence de la Confédération Paysanne et de la Coordination Rurale.

Madame Duclos qui avait été invitée à participer à nos travaux, nous rappelle quelles sont les bases de calcul pour la mise à niveau des 75%, ce sont 10300 retraités qui vont bénéficier de cette augmentation sur 57000 en Midi-Pyrénées Sud, pour des sommes allant de 5 à 49€. Celles-ci seront versées début novembre avec un arriéré depuis janvier.

Intervention de M. Bras, responsable de l’ADRA du Tarn qui demande à Mme Duclos si ces critères seront reconduits pour l’année prochaine par rapport à cette revalorisation. Elle affirme que cela sera le cas.

Monsieur le Président la remercie pour la rapidité des réponses données concernant certains dossiers retraite et invite les adhérents à la contacter en cas de nécessité.

Madame Guillou se présente en tant que responsable féminine à l’ANRAF et indique les grandes lignes de l’action qu’elle pense conduire dans l’intérêt des femmes.

Intervention de la Chambre d’Agriculture dont son représentant excuse le Président Cartié. Il nous félicite pour la tenue de nos travaux et partage nos revendications. Il pense que nous pouvons obtenir des améliorations au niveau national. « Il faut avoir de la persévérance », nous exhorte-il. « Les 85% du SMIC, que nous réclamons, ce n’est pas du luxe ». Et nous incite fortement à continuer notre combat.

Monsieur Le Boucher, représentant M. Gesta, Président de la MSA Midi-Pyrénées SUD, nous assure que la MSA reste attentive aux problèmes agricoles. Il cite quelques chiffres, à savoir que sur 200000 ressortissants de la MSA, il y a 105000 retraités et ce sont 431 millions d’euros qui seront versés aux retraités agricoles salariés et non salariés, sur 714 millions d’euros de prestations. Il encourage notre président pour ses engagements, sa lutte en faveur des retraités agricoles. Il propose la solidarité nationale.

Intervention de M. Labenelle qui constate la stagnation du relèvement des retraites : 75% du SMIC en 2002 è idem fin 2017.

Même constat pour M. Lopez qui demande aux personnalités pour quelle raison il n’y a pas de volonté politique afin d’améliorer nos retraites.

Le Président ouvre une parenthèse pour nous expliquer que les mairies rurales ne sont pas toutes d’accord avec nos revendications. La Motion nationale avait été envoyée à plusieurs reprises à toutes les mairies du Gers afin de prendre position.

Sur 463 communes, 124 ont répondu favorablement et 4 ont refusé la motion. Les autres n’ont pas encore envoyé leur délibération.

Le Président National Pierre Esquerré prend à son tour la parole et dans son exposé, rend tout d’abord hommage à Jeanine Delfour pour son action menée avec courage à la tête de l’ANRAF et nous informe qu’elle a été nommée Présidente d’honneur.

Sa nouvelle fonction l’a déjà conduit à rencontrer Mme Valérie Rabault, Députée du Tarn et Garonne et qui est Mme retraite en remplacement de Germinal Peiro. Ensuite, il a été reçu par les hauts fonctionnaires à Paris avec le secrétaire général de l’ANRAF, où ils ont exposé nos revendications :

a) indexation des retraites sur le SMIC

b) relèvement du plafond du revenu fiscal de référence

c) relèvement du minimum contributif

d) 85% du SMIC

e) Propositions de financement par le para agricole

f) Instauration de la 5ième branche pour les maladies handicapantes

Il conclut en disant que c’est grâce à nos associations nationale et départementale si nous en sommes là. Nous devons être encore plus nombreux pour être encore plus forts. Nous devons être soutenus par la nouvelle génération de retraités agricoles. Nous devons les convaincre de nous rejoindre pour nous soutenir dans notre combat.

Madame Biémouret, notre députée, nous rappelle, si besoin est, qu’il n’y a pas eu de revalorisation depuis la loi de 2002 jusqu’en 2012. L’Assemblée Nationale vient de voter une loi sur la suppression de la CSG sur les petites retraites ; cette mesure concernera 480000 à 550000 foyers et produira une économie moyenne de 45 euros par mois ; elle rappelle aussi les différentes aides du département en direction des personnes âgées avec la loi d’adaptation au vieillissement votée en décembre 2015. Cette loi propose une augmentation des heures accordées pour 3800 bénéficiaires à domicile ainsi qu’une baisse des charges.

Elle assure que l’AICRA 32 sera toujours représentée au sein du Comité départemental de la citoyenneté et de l’autonomie (anciennement CODERPA). Elle soutient notre association en faisant remonter nos revendications.

Intervention de M. Sabin, responsable du Tarn, s’adresse à notre députée pour constater que, parmi les parlementaires et autres personnalités invitées, la plupart sont des femmes !! Il lui pose la question : où sont les invités hommes

Pierre Esquerré remercie les responsables des départements voisins toujours fidèles à nos Assemblées Générales ; il remercie également tous nos adhérents auxquels il exprime sa gratitude pour leur soutien efficace ; il annonce qu’en plus d’une salle bien garnie, il a été recueilli 427 pouvoirs.

Il donne la parole à Bernard Pis qui procède à la lecture de la motion votée à Montech. Mise aux voix, elle est adoptée à l’unanimité.

En conclusion, grâce à nos associations ANRAF et AICRA 32, des avancées ont été obtenues. Le Président demande plus de soutien, invite les jeunes retraités à nous rejoindre, à adhérer à notre cause pour la défense des retraités agricoles.

Ensemble et plus nombreux, nous serons plus forts

Les débats étant terminés, le Président lève la séance à 17h au terme d’une bonne Assemblée Générale.

 

Monsieur LABROUCHE Jacques,

Secrétaire Général de AICRA 32.