French Dutch English German Spanish

Informations

Bastide ou castelnau ?

Situation

Le village gascon de Fourcès est situé en région Midi-Pyrénées, au nord-ouest du département du Gers, à la limite du Lot-et-Garonne et non loin des Landes. Il se trouve à 88 m d'altitude, à 12 km à l'ouest de Condom, à 7 km au sud de Mézin et à 6 km au nord de Montréal-du-Gers, chef-lieu du canton.

Fourcès se présente, dans la vallée de la rivière Auzoue qui le borde, sur une superficie totale de 2373 ha pour une population de 270 habitants, comme un village calme, paisible, presqu'inconnu...

Originalité

Un castelnau devenu bastide..?

Entre environ le Xème et le XIVème siècle se développent dans le sud-ouest trois types d'agglomérations structurées. Chronologiquement, il s'agit de sauvetés, de castelnaux et de bastides.

  • La sauveté (ou bourg ecclésial) fut formée autour d'une église, une abbaye ou même une halte sur les chemins de Saint-Jacques. Elle garantit la protection, par la croix, de ses propres habitants et le droit d'asile pour les passants, même bandits. Le refuge représenté par la sauveté fut intouchable. La plupart des sauvetés ont vu le jour entre environ 1020 et 1150.
  • Ensuite se développa le castelnau (château neuf). Au pied du château du seigneur (qui en même temps protégeait et dominait) s'implanta le village, enserré dans une enceinte, pénétrable uniquement par une porte fortifiée souvent dominée d'une tour.
    La grande majorité des villages gersois actuels trouvent leurs racines dans les castelnaux d'antan, érigés entre environ 1070 et 1300.
  • Finalement vinrent les bastides (du provençal bastido et bastir ou bâtir). Les bastides furent conçues selon un plan urbaniste très régulier et géométrique : partant d'une place rectangulaire au centre de la cité, souvent dotée d'une halle et entourée de maisons à arcades, on trouve un assemblage d'îlots également rectangulaires qui découpent un réseau de rues et de ruelles. Les bastides sont nées d'une double volonté : politique (défense, contrôle démographique et fiscal) et profit (commerce) : donc une affaire de princes et de rois (de France.. et d'Angleterre!)
    Dans le sud-ouest entier, on trouve environ 350 bastides, érigées entre environ 1250 et 1330. La première fut celle de Montréal, ville voisine à Fourcés et fondée en 1255.

Et Fourcès alors ?

A première, mais également à deuxième... vue, Fourcès possède tous les éléments d'un castelnau : une place et une enceinte ronde, une porte fortifiée, un château - les bastides n'avaient normalement pas de château - et l'absence d'une halle ou d'un quelconque plan orthogonal. Si on accepte la thèse qu'autrefois un château primitif occupât 'la motte' qui forme maintenant la place centrale, il devient probable, comme l'affirment de distingués historiens, que les origines de Fourcès se trouvent dans l'existence d'un castelnau...

Il est vrai que les maisons sont garnies d'arcades, typiques pour les bastides, mais cette architecture date d'une ère plus récente.

Se peut-il alors que Fourcés, n'étant pas bastide au niveau de l'urbanisation, mais cité importante comme porte d'entrée sur la Gascogne, se développât en... bastide pour des raisons politiques et stratégiques en ces temps de guerre? Qui le dira...?

Donc pour apaiser les esprits, pourquoi ne pas accepter la conclusion suivante : Fourcés, le castelnau qui devint bastide

Pininterest